PONT L'ABBE
LOCTUDY
ÎLE TUDY
Île
Chevalier
Île aux
rats
Île
Queffen
Île
Garo
La maison
blanche
Rosquerno
Chantier
naval
Digue de
Kermor
Pêche à pied
zone nord
Pêche à pied
zone sud
Vasière
Vasière
Anse du
Poul don
Bodillo
Bienvenue sur le site internet de l'AURPPA,
l'Association des Usagers de la Rivière et du Port de Pont l'Abbé.

L'actualité...

×
20 février : Le virage de l'Île Chevalier, attention aux balises…
Nos récentes études sur le balisage de la rivière nous ont conduit à constater que le chenal a considérablement été modifié au niveau du virage de l'Île Chevalier. Si vous remontez la rivière, la marque latérale tribord n°3 doit désormais être laissée sur babord si on veut rester dans le chenal et garder toute la hauteur de marée.
La Direction Départementale de Territoires et de la Mer (DDTM) a été saisie du problème et nous attendons sa réponse.

Dans l'immédiat, gare aux bancs de vase…

2 2

2 février : Ragoût de choux de la SNSM le 29 février
Le traditionnel ragoût de choux à emporter de la SNSM de Loctudy sera disponible le 29 février prochain.
Le prix est de 12 euros la part avec le dessert compris et le kir offert sur place lors du retrait.

1

30 janvier : Réunion du conseil d'administration
Le conseil d'adminitration se réunira ce jeudi 30 janvier à 14h30 à la Maison des Associations 17 avenue de la gare à Pont l'Abbé (salle n°4).
Au programme : la signature du PV de l'AG, le bulletin d'adhésion, le balisage de la rivière.

26 janvier : Assemblée générale
Notre assemblée générale se déroulera le dimanche 26 janvier à la Maison des Associations, 17 avenue de la gare à Pont l'Abbé (salle n°1).
Si vous êtes intéréssé, n'hésitez pas à venir vous joindre à nous.

24 janvier : Conseil portuaire du 30 décembre
Le compte rendu du dernier csoneil portuaire vient d'être diffusé.
Vous pouvez y accéder ici ou dans le menu « Documents », puis « Gestion portuaire ».
ATTENTION : Votre habilitation vous sera demandée.

20 janvier : Soleil couchant sur le port
Lundi 20 janvier, le soleil nous a offert un coucher rougoyant.
Notre ami Pol LOHÉAC en a profité pour saisir cet instant somptueux.
Bravo à l'artiste.


3 3 3

23 novembre 2019 : L'équipage de l'AURPPA sur le pont de l'Hémérica !
Journée aussi amicale qu'instructive que celle du samedi 23 novembre qui vit dix matelots et leurs officiers de l'AURPPA (le Maître principal, le président Julien Chapeau et son second Georges Stéphanidis, trésorier de l'association des plaisanciers du port de Pont-l'Abbé) investirent la citadelle de la Ville-Close, à Concarneau afin de découvrir le passé, hélas révolu, de ce grand port, aujourd'hui relégué au rang de curiosité patrimoniale.
Du moins, le musée de la Pêche, créé en 1961 par Charles Viaud, Marcel Chevannes et Emile Le Tendre dans les locaux de l'ancien arsenal situés dans la rue Vauban, offrent-ils une vision exhaustive de la séculaire relation entre les pêcheurs du Pays de Concarneau et l'Océan.

Après s'être sustenté dans un des restaurants de la place, l'équipage de l'AURPPA, guidé par Mme Christine Labbé, conférencière, découvrit avec beaucoup d'intérêt les divers modes de pêche en usage à Concarneau depuis le Moyen-Age. De l'épopée de la sardine à celle du thon, les techniques de pêche sont ainsi très concrètement décrites par le moyen de maquettes, de diaporamas fort bien agencés.
La sardine a longuement marqué l'Histoire de Concarneau. Longévité qu'explique la technique dite du pressage, apparue au XVIIème siècle permettant la conservation du poisson et donc son transport, sur tout le littoral atlantique.
Poisson capricieux, la sardine vint à déserter la baie au début du XXème siècle, plongeant des familles entières de pêcheurs dans la misère. En solidarité, la ville organisa en 1905 sa première fête des Filets Bleus…

Vint le temps des chaluts hauturiers qui vit les Concarnois s'en aller pêcher sur les côtes d'Irlande. Jusque dans les années soixante-soixante dix, la majorité de la population vivait de la pêche, de la transformation du poisson dans les trente-deux conserveries que comptait la ville, dont, on peut le regretter, aucun vestige n'a été perpétué (contrairement à la conserverie de Loctudy). Car l'industrie de la pêche hauturière, c'est tout un savoir-faire aujourd'hui disparu. La construction navale connut ainsi son heure de prospérité avec, notamment, les chantiers Krebs, au lieu-dit le Passage. Lors de la visite, Jean-Yves Barzic le régional de l'étape, s'est attaché à décrire la Comtesse, énorme machine à coudre les voiles de thoniers et les tapeculs de chalutiers, que possédait son grand-père, armateur et voilier à l'enseigne de « Tout pour la Marine », sur le quai Carnot.

Au terme de cette passionnante visite, l'équipage bigouden mit son sac à bord de « l'Hémérica », chalutier de pêche classique (funes et panneaux latéraux), exposé dans l'arrière-port. Construit à Lorient, il intégra en 1971 la flottille de l'Armement Nicot armateur concarnois qui l'offrit, par la suite, à l'association des Amis du Musée.
Tant le pont que l'intérieur, de la salle des machines, aux couchettes, en passant par la cuisine donne au visiteur une idée de la dure vie des marins, au cours de cette décennie soixante-dix.

Aucun doute, le déplacement en valait la peine !

8 8 8 8 8 8 8 8

9 novembre 2019 : Le sémaphore de PENMARC'H : des yeux et des oreilles méconnus au service des navigateurs
Suite à notre souhait de visiter cette base avancée de la Marine Nationale, le capitaine de frégate Emmanuel GUY, commandant la Formation Opérationnelle de Surveillance et d'Information Territoriale de Brest (FOSIT) a répondu favorablement à notre demande. Nous l'en remercions vivement.
Cette sortie effectuée le 9 novembre, sous une météo agitée, nous a permis de découvrir ou redécouvrir des missions aussi diverses que variées.
Le premier maître Bernard GALES nous a chaleureusement reçus (nous l'en remercions également au passage) et nous a présenté un tableau très complet des attributions des sémaphores de la Marine Nationale :
  • La sauvegarde de la vie humaine ;
  • L'écoute des fréquences de détresse et la diffusion des informations relatives à la sécurité ;
  • La diffusion d'informations aux autorités ;
  • La signalisation des avis de coups de vent et tempêtes ;
  • La participation aux opérations de sauvetage en mer ;
  • La prévention des pollutions maritimes ;
  • La surveillance des espaces aériens et maritimes…
Ce contact auprès de professionnels avertis a été aussi instructif qu'enrichissant, nous ne regarderons plus les sémaphores du même œil en croisant dans leurs parages, mais nous souviendrons qu'ils seront toujours là pour nous renseigner et veiller sur nous, idée rassurante dans un environnement souvent dangereux et hostile. Puissent leurs missions nous accompagner encore longtemps.
Le pot traditionnel, bien mérité au vu des conditions atmosphériques et offert par l'association, a été servi au chaud, à Kérity, chez Emma.

Liens utiles :

3 3 3

14 octobre 2019 : Prochaines manifestations a ne pas rater…
Deux manifestations à venir :
  • La visite du sémaphore de Penmarc'h prévue le 9 novembre (à confirmer) ;
  • Le festival Livre & Mer qui se déroulera du 8 au 11 novembre à Concarneau.
    Notre ami Jean-Yves BARZIC y sera présent.
    Toutes les informations sont disponibles sur le site du festival.

13 octobre 2019 : Pas lourd… de palourdes ! Mais le bonheur était sur l'estran…
A l'invitation de Julien Chapeau, notre dynamique président, Georges et Françoise Trébern, Régis Martin, Pol Lohéac, Jean-Yves Barzic guidés par le bon Homère, qui est un peu la mascotte de l'AURPPA ont fait preuve, en ce samedi 13 octobre de l'an de grâce 2019 d'une détermination bien bretonne en ne doutant pas un seul instant que la pluie qui, ce matin-là noyait l'île des Chevaliers sous un voile de brume automnale, allait, bien évidemment, se dissiper pour faire place au soleil !
Armés des instruments admis par les autorités maritimes en charge de cet écosystème fragile, la petite troupe, après avoir tenté sa chance du côté de « Beg ajac » est revenue à ce grand classique bigouden de la pêche à pied qu'est l'estran entre l'île aux Rats et la pointe. En chemin, quelques bolets égarés et gorgés d'eau se sont offerts à la curiosité des traqueurs de bi-valves. Une astuce de Dame Nature, sans doute pour détourner leur attention !
Tandis que Jean-Yves, qui n'avait pas cru bon chausser une paire de bottes, se débattait, comme un beau diable, pour récupérer ses baskets enfouis au plus profond de la vase, Pol nous gratifiait de ses talents de photographes, afin que la balade figurât dans nos annales informatiques…Prétendre que nous atteignîmes chacun nos deux kilos de palourdes, cela serait fortement exagéré ! Marseille est situé beaucoup plus au sud !
Mais tout de même, nul ne revint bredouille… D'habitude, on complète avec des coques… mais elles étaient, bien souvent d'une taille bien en dessous des normes.
On l'a compris, l'amitié était le véritable mobile de cette sortie. C'est ainsi que l'invitation très sympathique de Françoise et Georges à partager chez eux, le - succulent - gâteau breton autour d'un café a constitué, en quelque sorte, le point d'orgue de cette magnifique journée !

6 6 6 6 6 6

Passer votre souris au dessus des
symboles de la carte et cliquer en
maintenant le bouton enfoncé